CP - Irrégularités constatées à Lizy-sur-Ourcq

CP – Irrégularités constatées à Lizy-sur-Ourcq

logo ps 77

 

 

 


xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

COMMUNIQUE DE PRESSE

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

 

 

Le 25 septembre dernier, 21 mairies du nord-est seine-et-marnais ont reçu un mail signé du Service Élections de la mairie de Lizy-sur-Ourcq, dont la maire – Nicolle Conan – est la suppléante de Jean-François Copé. Ce mail adressé aux maires de ces communes les invite à venir retirer des tracts pour les élections régionales en Mairie de Lizy-sur-Ourcq.

Après avoir eu connaissance de ce fait inhabituel, la direction de campagne de Claude Bartolone, en concertation avec la Fédération PS de Seine-et-Marne, a pris la décision de dépêcher un huissier à Lizy-sur-Ourcq ce jeudi afin de s’assurer que la campagne électorale en cours se déroulait bien dans le respect de la loi et de l’équité entre les différents candidats.

Quelle ne fut pas la surprise de l’huissier, et par la même occasion la nôtre, quand la maire de Lizy-sur-Ourcq a sans problème reconnu avoir été contactée par le secrétaire parlementaire de M. Copé pour la prévenir que seraient prochainement livrés à la mairie des cartons contenant des tracts pour la campagne de Valérie Pécresse et lui demander de bien vouloir contacter les maires du canton pour qu’ils viennent les chercher. De lui expliquer également que quatre maires de Droite étaient déjà venus en récupérer. Elle finit par accompagner l’huissier au sein de son service des élections et ouvrir l’armoire où étaient entreposés près de 4.000 tracts de Valérie Pécresse faisant état de son programme pour les territoires ruraux.

Si Nicolle Conan a assuré à la presse ne pas avoir le sentiment d’avoir commis une infraction, c’est pourtant bien à un détournement de moyens publics à des fins de propagande politique auquel nous assistons. Or, cela est totalement interdit par le code électoral ; il s’agit d’un délit qui relève du pénal. Nous avons depuis saisi le préfet afin qu’il mette en œuvre un dispositif garantissant le bon déroulement de la campagne et du scrutin en Seine-et-Marne.

Nous avons ainsi mis en exergue un réseau de communes « Les Républicains » qui organisent la distribution de tracts partiaux aux frais du contribuable. Au bout du compte, on peut s’interroger sur ce qui est le plus grave : que cela puisse exister, ou le fait que les élus qui en sont les protagonistes le fassent avec la plus grande des désinvoltures, en considérant comme tout à fait normal et habituel un acte pourtant répréhensible par la loi…

 

 

Roseline Sarkissian, conseillère régionale sortante et tête de liste PS en Seine-et-Marne a tenu à réagir :

« Quand on mène des campagnes politiques, on aimerait avoir un débat politique sain et ce genre de petites magouilles abîme grandement la démocratie dans une période où les citoyens sont en défiance par rapport à leurs élus. Cette confusion des genres altère bien entendu le déroulé de la campagne des Régionales, mais elle altère surtout l’image des élus, et en particulier des maires, dans ce cas-là. Je regrette que pour le moment ni Valérie Pécresse ni Anne Chain-Larché, sa tête de liste dans le département, ne se soient exprimées sur le sujet.

Il y a eu une faute, une grosse faute. Et j’espère que c’est la seule. Nous l’avons dénoncée et l’affaire est dorénavant entre les mains de la Justice et de la Commission Nationale des Comptes de Campagnes car nous n’avions pas d’autre choix. Nous nous serions bien dispensés d’aller faire des inspections de mairie pour s’assurer de la régularité du scrutin.

Aujourd’hui, ce que je désire, c’est que cette campagne s’engage sur des idées politiques, programmes contre programmes, dans le respect de la loi, des citoyens et des candidats. »

Sur le site internet de Valérie Pécresse, toujours prompt à donner des leçons à tout le monde sans se les appliquer, on peut ainsi lire ces quelques lignes pour présenter ce qu’elle considère comme sa charte éthique :

« Trop d’affaires et de scandales successifs – tous partis politiques confondus – ont miné la confiance que les Français devraient avoir dans leurs responsables politiques. […]
C’est pourquoi, dès à présent, je souhaite placer ma candidature sous le signe de la transparence en signant une Charte comportant 12 engagements pour une nouvelle éthique. Cette Charte s’inspire des règles de déontologie les plus en avancées en vigueur dans les organismes publics et prives soucieux de la transparence de leur gouvernance. »

Ces quelques phrases sont désormais à mettre en parallèle avec ses actions.

« Nous vous devons beaucoup plus ». Voilà le slogan choisi par Valérie Pécresse pour sa campagne. En matière de transparence et de respect de la loi, en tout cas, oui.

 

Fédération socialiste de Seine-et-Marne